La situation sanitaire en Algérie ne va pas en s’améliorant / Championnat – Coronavirus : Zetchi peut trembler

25

La situation sanitaire en Algérie ne va pas en s’améliorant. La propagation du coronavirus est inquiétante. Un contexte sanitaire flou qui n’augure de rien de bon pour ce qui est des compétitions sportives nationales qui ne devraient pas reprendre de sitôt. Le championnat d’Algérie de football se retrouve face à la menace de la saison blanche. Un vrai casse-tête pour les responsables de la discipline.

« On ne veut pas d’une saison blanche. Nous allons tout faire pour reprendre le championnat. Notre image serait ternie aux yeux de la Fédération internationale (Fifa) et au monde entier si nous prenons une telle décision qui voudrait dire que nous ne sommes pas capables de nous adapter à la situation actuelle engendrée par ce virus », c’étaient les mots de Kheireddine Zetchi, président la de la Fédération algérienne de football (FAF), vendredi dernier lors de son passage sur la radio nationale.

Le patron de la FAF était un brin trop optimiste pour ce qui est de la poursuite des épreuves footballistiques nationales. Ce dimanche matin, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a annoncé le passage au stade 3 de la pandémie COVID-19. Un épisode qui vient tout chambouler repoussant, au plus loin, une éventuelle reprise du championnat. Il menacerait même la poursuite de l’exercice.

Gel prolongé

Certes, le Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) avait préalablement décidé de geler toutes les épreuves sportives nationales. Et ce, jusqu’au 5 avril prochain. En l’état actuel des choses, cette deadline sera revue. Surtout que le Professeur Benbouzid, chargé de gérer le secteur de la santé, a dit qu’il faut « se préparer au pire.» Le pire pour le domaine du sport et c’est la saison blanche. Un scénario qui commence à se dessiner. Dangereusement.

Avec une projection, pour ce qui est du réajustement de l’agenda, en considérant le nombre de journées joués en championnat, il y a une marge de manœuvre. A condition que la pandémie ne s’étale pas trop. Le premier responsable de l’instance fédérale a noté que « Nous sommes à un stade avancé du championnat, il nous reste quelques journées à disputer, nous allons parvenir à établir un calendrier pour pouvoir terminer la saison.»

Le BF dans la mouise

En Ligue 1, il reste 8 journées à faire jouer. Ces rounds peuvent être condensés dans un laps de temps d’un mois et demi. Aussi, il y aura les rencontres de Coupe d’Algérie à programmer. Cette compétition s’est, il faut le rappeler, arrêtée au stade des quarts de finale  »retour ». Pour le calcul, c’est 4 matchs des quarts en plus des 4 des demies ainsi que la finale. Soit un total de 9 explications. Néanmoins, il se pourrait que la FAF, qui gère ce tournoi, décide de faire jouer les demies en élimination directe sur terrain neutre pour raccourcir le tournoi et gagne un temps précieux.

Dans le cas échéant, si l’agenda ne va pas à son terme, le Bureau fédéral (BF)devra prendre des décisions très délicates pour ce qui est du sort du championnat et la rétrogradation-accession. Surtout que le règlement des compétitions ne traite pas le cas de forces majeures. A ce propos, il n’y a pas d’aliéna spécifique pour ces cas de figures. Dans l’article 135 du « carnet de lois » qui régit le championnat, on peut lire que : « les cas non prévus par le présent règlement seront traités conformément aux dispositions prévues par les règlements de la CAF et de la FIFA ». La prochaine réunion, du Bureau fédéral, programmée au 31 mars, nous donnera des éléments de réponses sur la tendance.