Alors que la FIFA veut enquêter sur la CAF : Face aux rumeurs, Ahmad Ahmad hausse le ton

18

«Les réformes structurelles de la CAF continueront malgré les tentatives de dérailler ce processus par presse interposée. Le Comité Exécutif de la CAF se réserve par ailleurs le droit de poursuivre en justice tous les auteurs d’allégations mensongères et non fondées qui circulent depuis quelques jours dans la presse et sur les réseaux sociaux».

C’est ce qu’a écrit la Confédération africaine de football sur son site officiel pour répondre aux auteurs des rumeurs qui ternissent son image.

«Conscient des lacunes dans la gestion des affaires de la CAF, legs d’une gestion familiale de plus de 30 ans, le Comité Exécutif avait entériné le lancement d’un audit général le 11 avril 2019.  C’est également le Comité Exécutif de la CAF qui a demandé à la FIFA de mettre en place un partenariat de 6 mois afin d’accélérer les réformes entamées», explique l’instance.

Et d’ajouter : «Plusieurs mesures structurantes avaient été prises avant et pendant le partenariat de 6 mois avec la FIFA. Ces mesures concernent à la fois la gouvernance et la gestion courante des affaires de la CAF. Nous allons donc continuer dans cette voie des réformes et ainsi hisser la CAF aux meilleurs standards internationaux. La conduite du changement après plusieurs décennies de gestion artisanale ne peut se concrétiser en quelques semaines. Le Comité Exécutif est résolu à finaliser la transformation de la CAF pendant son mandat».

Et de conclure: «Le Comité Exécutif a prévu une session le 14 février 2020 pour entériner la feuille de route 2020-2021 qui prendra en compte les différentes recommandations. Une communication régulière et transparente permettra à tous les observateurs et amoureux du football africain de juger des progrès réalisés».

Des millions de dollars partis en fumée

Le Washington Post révèle qu’un audit diligenté par la FIFA a prouvé que des transactions suspectes et douteuses ont été commises par la CAF. Un rapport explosif pour Ahmad Ahmad.

Blanchiment d’argent, destruction de pièces justificatives, abus de pouvoir, dépenses engagées pour payer les dépenses des épouses des responsables de la CAF…Rien n’a été épargné  à la Confédération Africaine de Football et son président, Ahmad Ahmad, lequel fait l’objet d’une enquête éthique de la part de la FIFA.

En effet, le prestigieux quotidien américain The Washington  Post vient de révéler que la FIFA avait diligenté une enquête sur des  accusations formulées par un groupe d’anciens dirigeants de la CAF  basée au Caire.

Il s’en est suivi un audit  basé sur un rapport de 55 pages du cabinet d’expertise comptable PWC. Lequel pointe du doigt  des cas de détournements de fonds au sein de la CAF, notamment en ce qui concerne la distribution de millions de dollars de fonds de développement du football envoyés à la plus haute instance du football africain par la FIFA.

Ainsi, révèle le rapport, la FIFA avait  remis un total de 51 millions de dollars à la CAF de 2015 à 2018. Depuis, environ 24 millions de dollars de ce montant ont été décaissés par des responsables africains du football.

Or, en  vérifiant 40 paiements totalisant 10 millions de dollars, les limiers du cabinet d’expertise comptable PWC ont constaté que seulement cinq paiements, totalisant 1,6 million de dollars, disposaient de documents suffisants pour confirmer en quoi l’argent a été dépensé. Les 35 autres paiements ne mentionnaient même pas l’identité  des bénéficiaires des fonds !

De la dynamite pour le patron de la CAF

Selon le site Inside World Football, « Les premiers rapports de l’audit indépendant des finances de la Confédération africaine de football (CAF) pour la période 2017 à 2019 semblent être la dynamite qui explose à la fois le mandat du président de la CAF, Ahmad Ahmad, ainsi que nombre de ses lieutenants les plus proches ».

Autre témoignage. « J’ai été choqué et consterné, bien que mes craintes soient maintenant confirmées », a déclaré Musa Bility, un ancien directeur du football au Libéria

« Le rapport parle  d’un vol en plein jour de la CAF et de l’avenir du football des Africains avec des dizaines de millions dépensée en grande partie en espèces, sans aucune pièce justificative », a-t-il ajouté.

A noter que ces révélations explosives tombent très mal  pour le président de la FIFA, Gianni Infantino, soupçonné de « complaisance » envers son ami malgache. D’autant plus qu’il a consacré une grande partie de l’année écoulée à la mise à niveau du football africain.