Articles Football EN

Belfodil refuse le Trabzonspor

Belfodil refuse le Trabzonspor

Malgré une offre alléchante Belfodil refuse le Trabzonspor   L’attaquant international algérien du Standard de Liège Ishak Belfodil, a décliné une...

Ghezzal intéresse Marseille

Ghezzal intéresse Marseille

Le club phocéen formule une proposition Ghezzal intéresse Marseille   L’ailier international algérien Rachid Ghezzal, dont les négociations avec son club de...

Attal, la nouvelle coqueluche des Verts

Attal, la nouvelle coqueluche des Verts

Tout le monde en parle cette semaine Attal, la nouvelle coqueluche des Verts   L’enfant de Boghni, Youcef Attal, est sur la...

EN : Les Verts cafouillent encore

EN : Les Verts cafouillent encore

Difficile était la victoire face au Togo Les Verts cafouillent encore Tous les ingrédients d’un match difficile étaient réunis ce soir à...

Le gâchis du foot

  • PDF

Les demi-finales de la coupe  d’Algérie reportées

Le gâchis du foot

Les demi-finales de la Coupe d’Algérie ont été reportées au mois de Juin. Au même moment, la LFP a revu sa programmation concernant les rencontres du championnat national. Déplorable.

Par A.H.

 

En fin de compte le football est géré par les présidents de club. Il suffit juste de crier, d’accuser et de menacer. Sinon comment expliquer qu’au lendemain des violentes déclarations du président de l’Entente de Sétif, déclarations empreintes de chauvinisme et de régionalisme, la FAF et la LFP au lieu de servir ces envolées verbales, préfèrent se réunir pour établir un nouveau calendrier. C’est ainsi que les demi-finales de la coupe d’Algérie ont été renvoyées au mois de juin alors que la suite du championnat a été étalée sur plusieurs journées. Les structures de notre football font le dos rond à certains présidents de club qui ont marqué, négativement, cette saison.

Le directeur général du Mouloudia d’Alger, Omar Ghrib, et le président de l'Entente de Sétif, Hacen Hammar, ont volé la vedette à leurs joueurs et aux entraineurs au détour d’une programmation qui a mis le feu aux poudres.

Les matchs de football sont sortis de leur cadre naturel. Cette fin de saison est sujette à tous les débordements qui risquent de faire déborder le vase. Les présidents de clubs, dans leur majorité, sont entrains d’attiser le feu par la faute de leurs déclarations incendiaires qui mènent le sport roi tout droit dans une impasse où il sera difficile de s’en sortir. Hacène Hamar, le président de l’Entente de Sétif verse dans le régionalisme et devient du coup un responsable dangereux laissé en liberté sur la scène sportive. Le boss de l’Entente parle de régionalisme sans calculer les répercussions de ses paroles gratuites lancées en l’air pour plaire la galerie. Devant les caméras de la télévision il n’a aucune retenue pour se lancer dans une violente diatribe contre les responsables de notre football. Ils accusent les uns et les autres de privilégier certains au détriment pour se lancer par la suite dans une analyse mal appropriée du caractère régionaliste des structures de notre football. Hammar accuse, menace  et fait du chantage. Inconcevable pour un responsable sportif, de surcroit président d’un grand club qui draîne derrière lui des milliers de supporters.

Le Directeur Général du Mouloudia d’Alger, Omar Ghrib, un autre personnage venu par intrusion au football, a défié tout son monde avec ses déclarations enflammées. Il mettra de l’huile sur le feu à chaque tournant. Il donne l’impression que c’est lui qui dirige le football national au détour de ses certitudes de  la programmation. C’est d’ailleurs lui qui avait annoncé la date des demi-finales de la coupe d’Algérie avant le circuit officiel. Une manière de vouloir s’affirmer comme un élément incontournable dans les décisions du foot ball national.

Dans cette marmelade, il faut encore rappeler que  le président de l'ESS s'en est pris au président de la JS Kabylie, Mohand Cherif Hannachi, qu'il qualifie de «malade». Hannachi avait accusé Hammar d'arranger les résultats des matches avec des arbitres. « Hammar avait remporté le titre de la Ligue des champions d'Afrique grâce aux arbitres qu'il soudoyait», avait déclaré Hannachi, insinuant que le président sétifien en fait de même avec les arbitres algériens. Hammar a estimé que « Hannachi devrait se soigner ». Un échange de propos de chiffonniers qui porte un coup bas à notre football. Et ce n’est pas fini car d’autres voix ont l’intention de faire porter leur voix pour dénoncer cette re-programmation.